Browse By

Musculation et diète, comment rester motivé sur le long terme?

wpid-img_20160329_200930.jpg

La motivation pour faire simple, c’est un peu comme le carburant d’une voiture… un peu indispensable pour avancer. Et comme ce même carburant, ce n’est pas une ressource que nous avons de manière inépuisable ou facilement, il faut la fabriquer.

J’avais envie de parler un petit peu de motivation aujourd’hui, d’une part parce que c’est un sujet que j’aime aborder et qui est utile pour tout le monde, débutants comme initiés; mais aussi parce que je cultive cette motivation de manière quotidienne en ce moment du fait d’un planning toujours aussi chargé, mais cela vous le savez déjà si vous me suivez depuis quelque temps.

Ce qui est d’autant plus difficile dans notre passion, c’est qu’il faut s’imposer aussi bien une discipline d’entraînement que de nutrition et c’est souvent sur ce dernier point que ça bloque puisque la nourriture est un petit peu censé être un réconfort, un moment où l’on se fait plaisir. Ce n’est pas incompatible avec notre sport, mais il faut savoir respecter certaines règles.

Musculation et diète, comment rester motivé sur le long terme? Mes éléments de réponses.

 

L’entraînement, une affaire d’organisation

Heureusement, garder la motivation pour aller s’entraîner, c’est presque le plus facile. Pourtant, il faut savoir gérer par moments des difficultés à trouver la force de se rendre jusqu’à la salle pour aller soulever de la fonte. J’ai déjà parlé de l’importance de l’état d’esprit positif pour faire fructifier au mieux ses séances. Eh bien c’est vrai que parfois même avec la meilleure volonté du monde, après une journée particulièrement difficile, cet état d’esprit n’est pas évident à trouver.

Pour moi, le principe de base que je m’applique pour garder la force d’aller m’entraîner, c’est déjà d’avoir mon sac de sport constamment prêt dans le coffre de ma voiture. Au moins, je me dis que si déjà j’ai pris le temps de le faire et de le porter jusque-là, c’est pour une bonne raison.

Ensuite, je me fixe une autre règle qui est simplement de ne pas rentrer chez moi avant de m’être rendu à la salle. Trop de gens autour de moi font le choix de passer par la case maison après le boulot ou les cours avant d’aller s’entraîner, ce n’est clairement pas une bonne idée à mon sens, parce qu’une fois le canapé en visuel, il devient vraiment difficile d’y résister et d’affronter ensuite le stress de l’extérieur.

Autre gros impact que l’on peut observer aussi sur la motivation autour de l’entraînement est souvent le découragement à l’idée d’affronter une foule incalculable de guignols en tous genres à la salle. J’ai déjà adressé un gros message à ces derniers lors d’un article dédié et je sais à quel point ces individus peuvent altérer notre motivation, mais pour contrer cet effet, je ne me pose simplement plus aucune question et je n’hésite plus à marquer clairement mon territoire lorsque je fais ma séance. A moi donc de devenir le gars lourd qui va inciter la personne qui squatte le banc que je veux à bouger pour laisser place à ma rage de vaincre !

 

La diète à long terme, une affaire de simplicité

Ah la nutrition, que cela paraît compliqué lorsque l’on y touche pour la première fois. Tant de discours différents, des clichés, des principes complexes… On entend parler de glucides, des protéines, des lipides, on ne sait plus ce qu’il faut faire aussi bien pour perdre du poids que pour prendre du muscle. Voilà donc la principale raison qui décourage les néo-sportifs à garder le cap sur le long terme en matière de nutrition.

Personnellement, j’ai été confronté à ce sentiment lorsque j’ai commencé à m’intéresser vraiment à la nutrition, je me disais qu’il était tout bonnement impossible pour moi de peser tous mes aliments et de m’emmerder à compter chaque calorie. Je me suis donc mis en tête de comprendre de la manière la plus simple qui soit les principes généraux, de manière à pouvoir les appliquer là aussi de la manière la plus simple qui soit. Sans prise de tête au quotidien.

Aucun aliment transformé, base de protéines végétales et animales importante, base de bonnes graisses suffisante dans la journée et après tout se joue autour des glucides. Augmentation des glucides à indice glycémique bas et naturels si je veux prendre du muscle et baisse des glucides progressivement chaque semaine lorsque je veux sécher, tout en m’accordant un repas de triche pour recharger les batteries en fin de chaque semaine.

Bref, deux grosses lignes directrices de base autour desquelles je peux facilement tourner pour affiner mes performances et mes résultats. Cela vient tout seul avec le temps. L’idée, c’est qu’à la longue, les aliments que je mangeais au départ spécialement parce que je fais de la musculation, sont devenus aujourd’hui normaux et font partie intégrante de mes placards et mon frigo.

Sur ce dernier point, il est particulièrement intéressant d’insister. Beaucoup d’entre vous perdent la motivation parce que vous vous laissez aller à des craquages réguliers qui vous font dire que de toute façon, tout cela ne sert à rien. Une des solutions radicales à ce problème est simplement de ne plus vous acheter d’aliments transformés lors de vos courses et un bon pas sera déjà fait.

 

En conclusion

En matière d’entraînement, l’organisation du planning et l’optimisation du temps sont à mon sens les principaux points à gérer pour ne pas altérer la motivation. En ce qui concerne la nutrition, le secret d’une diète maîtrisée sur la durée est avant tout la simplicité pour éviter de tomber dans les méandres d’une prise de tête qui n’aurait que des effets négatifs à long terme sur votre détermination à tenir le cap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *