Browse By

Comment j’ai eu le déclic pour me prendre en main?

IMG_20140530_121937

 

C’est vrai que je n’ai pas vraiment pour habitude de faire un article sur ce que l’on peut appeler « mon parcours » ou mon vécu au sens propre. Pourtant, le but d’un blog, c’est avant tout de parler de soi vraiment et livrer quelques facettes de sa personnalité pour que vous chers petits lecteurs puissiez en apprendre un peu plus sur la personne qui se cachent derrière l’écran que vous êtes en train de regarder.

Je pourrais simplement vous orienter vers la page « A propos » du blog pour vous donner quelques pistes, mais j’ai pensé qu’un petit billet branché sur les raisons de départ qui m’ont poussées à changer physiquement et donc mentalement au fur et à mesure du temps serait une bonne idée. Comment j’ai eu le déclic pour me prendre en main? Voici les réponses dans les grandes lignes.

Quand mon déclic a eu lieu?

Lorsque l’on parle de perte de poids en général, on dit souvent que le déclic a lieu à partir du moment où l’on atteint un chiffre fatidique sur la balance. Le cap des 100 kilos pour certains, un peu plus pour d’autres.

C’est en effet un excellent moyen de se motiver à tout changer définitivement et je suis le premier à encourager les nombreux combattants du bien-être qui luttent en ce moment même contre toutes les barrières qui nous entourent pour se prendre en main.

Pourtant, ce n’est pas mon poids à proprement parlé qui m’a amené à vouloir entamer ma quête de satisfaction physique et mentale. C’est plutôt mon aspect dans le miroir qui m’insupportait au plus haut point et qui m’a poussé à bouger réellement. Mon déclic a eu lieu à 16 ans, j’étais assis en face de ma télé à attendre que mon jeux vidéo du moment se lance. Tous les ados connaissent ce moment où l’écran devient noir juste avant que la partie ne commence.

Et bien, c’est à ce moment là que mon reflet et mes petits bourrelets au niveau du ventre m’ont nargué pour la dernière fois. C’était le jour où j’allais commencer à construire mon nouveau moi et dorénavant, toutes mes souffrances insignifiantes de lycéen allaient disparaître les unes après les autres !

Comment un ados de 16 ans s’y prend pour tout changer en n’y connaissant rien?

Comme beaucoup de gens voulant se reprendre en main, j’étais inondé par de nombreuses idées reçues, mais au départ, j’ai commencé par m’accrocher au bon vieux cliché qui dit de ne pas manger entre les repas (mon idée a clairement changé aujourd’hui).

Fini donc les chips, les tartines de nut’, les cookies ou encore les tranches de fromage en cas de petit creux. Comme beaucoup de jeunes de cet âge, les placards et le frigo de mes parents étaient remplis de toutes ces joyeuses cochonneries en permanence, alors autant vous dire que j’ai du m’imposer une discipline de fer!

Ensuite je me suis contenté de suivre un plan nutritionnel très simpliste, à base de petit déjeuner composé d’un café noir sans sucre, d’un verre de jus de fruit et de tous types de petits gâteaux vendus en rayons ou tartines en tout genre. Je me contentais de 2 gâteaux au plus ou 2 tartines de pain de mie maximum.

Pour le repas du midi, j’avais la chance de manger à la maison entre les cours, mais ma devise était « jamais plus d’une assiette, peu importe le repas ». Pour moi qui avait tendance à me servir au moins deux fois, surtout quand ma chère maman cuisinait mes repas favoris, je peux vous dire que cela relevait déjà de l’exploit. Inutile de vous dire que je faisais la même chose pour le repas du soir.

Comment j’ai géré l’attirance pour les Fast food.

Qu’on le veuille ou non, on a tous été confrontés aux Fast food à plusieurs reprises. Les côtés rapides, plutôt bons au goût et pas chers sont forcément attirants à un certain moment de notre vie. En étant plus jeune, je ne dérogeais évidemment pas à la règle et quand ma reprise en main a débuté, il a fallu que je fasse une vraie croix sur tout ça.

Alors attention, je ne dis pas que je n’ai plus du tout mangé de « hamburgers » ou de frites venant de la chaîne que nous connaissons tous, mais j’ai engagé un réel travail de réduction du nombre de sorties malbouffe. Et puis je dois avouer que j’ai tout de même eu la chance d’avoir des parents qui préfèrent cuisiner au quotidien donc ça ne m’a pas fortement manqué.

Néanmoins, quand il m’arrivait d’y aller avec des amis ou quand je n’avais pas vraiment le choix, et bien je commandais généralement un menu simple à base d’un sandwich, de potatoes et d’une bouteille d’eau. Comme tout bon mangeur, lorsque je franchissais la porte du Fast food au préalable c’était pour m’exploser littéralement le ventre avec plusieurs sandwichs différents tous plus riches en mauvaise graisses et en sucre les uns que les autres, alors autant vous dire que la frustration pouvait parfois me traverser l’esprit, mais j’ai tenu.

Ma guerre contre les sodas.

Bien que mes connaissances en nutrition étaient très limitées à 16 ans, je savais tout de même que les boissons gazeuses allaient rapidement devenir un ennemi redoutable ayant pour but de freiner mon changement physique. Je n’étais pas le type de personne à boire des litres de sodas par jour, mais c’est vrai que le petit verre avec le repas était toujours présent et puis comme j’ai très soif de nature, je tournais même plus autour des 2 verres.

Je me suis donc dis que ça ne servait à rien de se poser beaucoup de questions par rapport à ça, mais qu’il fallait juste que je taille dans le vif. J’ai donc arrêté du jour au lendemain toute consommation de sodas purement et simplement et ce pendant au moins 2 ou 3 ans.  C’est devenu mon fil conducteur et je me disais que tant que je tenais à ce niveau, je serais capable de tenir pour tout le reste. Les sodas sont peut être le moyen le plus rapide de fabriquer de la graisse lorsque l’on en devient plus ou moins accro, alors pour ceux qui ne savent pas par où commencer, c’est une bonne base de départ. (L’impact des sodas sur votre corps ici)

Mes débuts sportifs.

Après vous avoir exposé dans les grandes lignes le « programme » alimentaire que j’ai suivi pendant deux bonnes années de ma vie, je ne pouvais pas terminer cet article sans vous parler de mes débuts en sport personnel. Si vous me suivez depuis un petit moment, vous savez qu’une bonne prise en main alimentaire va de paire avec une activité physique régulière pour avoir de bons résultats sur la durée.

J’ai toujours été un fan de sport et j’ai toujours adoré en pratiquer. Pourtant, j’étais régulièrement limité par ma capacité d’effort, surtout en cardio. Alors comme tout bon petit footballeur que j’étais plus petit, ça m’handicapait pas mal et me renvoyait assez souvent à une image dégradé de moi même. Je n’étais pas ce qu’on peut appelait quelqu’un d’obèse, mais le simple fait d’être un minimum en surpoids peut suffire à rentrer dans une spiral négative.

L’idée de départ, c’est que je n’en pouvais plus de mon ventre en me regardant dans le miroir, comme beaucoup de mec à mon avis. Evidemment, je voulais avoir des abdominaux pour pouvoir enfin me sentir à l’aise en enlevant mon haut à la piscine ou à la plage, ce qui en soi n’était pas un des objectifs les plus simples pour débuter. J’ai donc commencé par me fixer la barre des 20 abdos par jour, puis 30, puis 50 etc… Je décomposais mes exercices en plusieurs séries de 10 ou 20 abdos au départ pour me forcer à atteindre mes objectifs. Il m’arrivait régulièrement de combiner ce petit entraînement maison à des séries de pompes, ce qui était loin d’être évident.

Enfin, le plus dur dans l’atteinte de n’importe quel objectif, c’est de ne pas lâcher au bout de quelques jours ou quelques semaines, la persévérance est plus rentable que le courage et c’est grâce à elle que j’ai fini par tourner aux alentours des 1000 abdominaux par jour au bout d’un an et des 80 pompes d’une seule traite. Je ne me suis pas attardé sur ce sujet, mais en voyant mon corps et surtout mes abdominaux évoluer, je peux vous dire que il était devenu impossible pour moi de m’arrêter en si bon chemin.

En résumé.

En vous présentant les piliers principaux qui m’ont permis de construire mon bien être corporel, mon but n’est pas de vous dire que j’ai suivi la meilleure route qui soit ni même le meilleur programme. Pourtant, c’est le chemin que j’ai réussi à suivre jusqu’au bout pour passer d’un adolescent subissant son physique à quelqu’un de plutôt confiant qui sait aujourd’hui comment faire pour changer réellement mon corps et surtout ce qui lui est bénéfique ou non.

Devant l’immense océan d’informations très bonnes ou moins bonnes que l’on trouve partout, il est très difficile de savoir par où commencer et trouver la solution qui amènera les résultats que l’on cherche peut être depuis très longtemps. Mais en se forçant à suivre des bases assez simples au départ, il est possible de se construire la force d’esprit nécessaire pour pousser la barre toujours plus haut et en apprendre toujours plus.

Vous aussi n’attendez plus et trouvez le déclic !

P.S: N’hésitez pas à commentez si vous avez vous aussi su trouver votre chemin pour vous reprendre en main !

10 thoughts on “Comment j’ai eu le déclic pour me prendre en main?”

  1. Guillaume de Maigrir Vite et Bien says:

    Salut Johnylenny,

    Une prise de conscience à 16 ans seulement ! Franchement bravo.
    Comment ont réagi tes parents quand ils t’ont vu manger moins et stopper les sodas ?

    A+

    1. johnylenny says:

      Hello Guillaume !

      Disons qu’ils ont trouvé ça bizarre et qu’il ne voyaient pas vraiment l’intérêt au départ puisque pour eux, il n’y avait rien à changer au niveau de mon physique évidemment.

      Mais bon, par la force des choses, ils ont vu que je me sentais mieux dans ma peau donc ils m’ont pas mis de bâtons dans les roues. Ils ont très bien compris pour les sodas mais un peu moins pour la nourriture.

      Après c’est évident qu’ils sont encore de l’ancienne école, celle qui dit que manger du pain blanc et prendre du nectar de fruits c’est pas mauvais. C’est pas de leur faute, avec tout cet abattage marketing qu’on nous sert depuis des années !

      A +

  2. Yo! says:

    Ahaha bien joué! Je découvre la tout de suite ton blog et j’ai eu une histoire assez similaire à la tienne (sauf que pour le coup j’étais obèse morbide et j’ai tjrs détesté le sport ado, jusqu’à que mon accro de chérie me pousse hors du lit tous les dimanche matins).
    Je te tire mon chapeau parce que je sais le courage que ça demande :)
    @++++

    1. johnylenny says:

      Hello !

      Merci pour le compliment, mais vu ce que tu me dis, je ne peux que te le retourner encore plus fort ! J’imagine le courage que ça a du te demander !

      C’est ta chérie qui t’a donné le déclic ou autre chose de plus profond venant de toi?

      1. Yo! says:

        Aha mystere! On va dire qu’elle m’a fait découvrir que se dépasser sur le plan physique est aussi enrichissant que sur le plan intellectuel (et elle a tellement morflé pour me le montrer lol), et que les 2 sont du coup assez synergiques (la ou je te rejoins aussi sur la « soupape de sécurité », image que je n’arrivais pas a mettre sur la sensation ;)

        Comme quoi le déclic peut aussi être déclenche par autre chose qu’un chiffre sur une balance (j’avais déjà perdu mes 70 kilos en trop a l’epoque)

        Bon courage a toi :) +++

        1. johnylenny says:

          C’est vrai que le chiffre sur la balance est souvent le lien le plus direct entre notre volonté de changer physiquement et notre état du moment, mais c’est parfois trompeur de se fier qu’à cela. On s’en aperçoit notamment en prenant du muscle :)

          Je suis content en tout cas que tu ai trouvé ton équilibre, c’est là l’essentiel !

          A bientôt !

  3. Alexandra att says:

    Bravo! Quel aplomb et quel courage à ton âge ! J’en ai 37 et apparement bcp a apprendre des plus jeunes. Merci

    1. johnylenny says:

      Bonjour Alexandra !

      Je te remercie vivement pour ce compliment ! C’est vrai qu’une reprise en main physique est loin d’être facile à l’adolescence, comme à tout âge d’ailleurs !
      J’espère en tout cas que tu trouveras ton déclic ! L’âge n’est qu’un chiffre ! N’hésite pas à me tenir au courant de ton évolution si tu veux !

      A très vite j’espère !

  4. D Sev says:

    Bjr, super article…
    Je ne c pas pour ma part ce qui pourrait me donner ce déclic, pourtant j’aimerais me prendre en mais.. Mais voilà, il me manque ce DECLIC….

    1. johnylenny says:

      Bonjour !

      Il y a de multiples choses qui peuvent nous servir de source de motivation pour enfin tout changer. Une vision de soi plus positive, l’envie de prouver à quelqu’un ce dont on est capable. Je suis sûr que vous souhaitez rendre quelqu’un fier de vous par exemple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *